Aller au bout du monde à cheval

 

L'adage est connu "qui veut voyager loin ménage sa monture".

 

C'est le bon sens bien sûr ! En tant que randonneur, nous sommes dépendants du bien être de notre cheval et il convient de le préserver.

 

Ainsi, pour tous les cavaliers-promeneurs, il existe (entre autres...) quelques bases simples à respecter :

 

- le pansage tout d'abord permet de repérer d'éventuelles blessures, de les soigner à temps et d'éviter les complications. Il permet aussi d'éliminer terre, poussière etc. au niveau des zones de frottement pour éviter les plaies de harnachement.

 faire le premier kilomètre à pied

- le premier kilomètre : dans l'idéal, il est parcouru à pied afin de "dérouiller" muscles et articulations du cavalier comme du cheval. Il permet aussi de sangler progressivement son cheval afin qu'il soit bien sanglé au moment de monter.

 

- le montoir : comme nous l'avons déjà dit ici, l'utilisation d'un montoir et l'alternance du montoir à gauche et à droite est capital pour préserver le garrot de nos montures.

se mettre en suspension dans les montées

Dans le Haut Atlas marocain

- les montées : dès qu'une côte se présente (même si le pourcentage n'est pas monstrueux), il est important de se placer debout en équilibre au dessus de ses pieds afin de libérer le "moteur" du cheval qui se situe au niveau des postérieurs et de permettre l'articulation du dos et du bassin.

 

- les descentes : au contraire, il s'agit de libérer les épaules du cheval en ramenant légèrement notre poids vers l'arrière. Pour les chevaux ayant tendance à tomber "sur les épaules", il vaut mieux rester au pas plutôt que d'avoir un cheval qui "dégouline" et se laisse entraîner dans la pente sans pouvoir se retenir.

 

- le trot : afin de travailler de façon symétrique et éviter de dégrader la locomotion de votre cheval, il est très important d'alterner les diagonaux au trot. Pensez bien à faire autant de distance en trottant sur le diagonal droit que sur le gauche.

 

- le galop : de même, pensez à alterner galop à gauche et galop à droite. Ce n'est surtout pas parce qu'on est randonneur qu'il faut négliger la locomotion de notre cheval, c'est elle qui nous emène au bout du monde (ou pas...) !

 

- adapter son allure au terrain : garder le pas si le terrain est trop dur, trop mou, instable, caillouteux... Garder le pas en traversant des villages, ne jamais galoper sur le bitume, etc. 

le dernier kilomètre à pied

- le dernier kiomètre : tout comme le premier, il s'agit de le faire à pied en marchant à côté de son cheval. Cela permet de détendre les muscles et les articulations de tout le monde afin d'éviter les courbatures. Cela permet aussi de désangler progressivement son cheval.

 

- le pansage : il permet de vérifier l'absence de plaies de harnachement, de gonfles, etc. et de soigner au besoin pour repartir en forme le lendemain !

 

Il existe encore de nombreuses précautions pour permettre au cheval de vous emmener plus loin. Mais voilà déjà un bon début que tout randonneur devrait connaître et appliquer !

 

Bonnes balades à tous !

Balade avec Gro'Mi- 12-04-12 (13)