étirements à cheval

Préparation physique du cavalier - en selle

Partons de deux constats :

- l'équitation est un sport (si si, seuls les non initiés vous diront le contraire !)

- la position du cavalier a une forte incidence sur la locomotion du cheval.

Dès lors, on comprendra aisément que - comme tout sportif - le cavalier doit se préparer physiquement avant d'entamer une séance, qu'il s'agisse d'une simple balade, d'une randonnée, d'un trotting, d'un tandem, d'une endurance, d'un TREC, etc.

Déjà en 1948, Le Commandant Licart l'écrivait : Les assouplissements à cheval ont une grande importance. Trop de jeunes cavaliers ont tendance à les négliger. (et des moins jeunes aussi, et moi la première...) Ils ont pour but de rectifier ses mauvaises attitudes, d'assouplir le cavalier, d'obtenir et de développer l'indépendance des différentes parties du corps. (1) Il ajoute un peu plus loin que Les secousses et les à-coups du corps d'un cavalier insuffisamment souple fatiguent cheval et cavalier [...]. Plutôt un mauvais plan si on part pour une longue endurance ou pour une randonnée au long cours...

En tant que cavalier, que pouvons nous faire alors ?

Dans un premier temps, il peut être intéressant de pratiquer quelques étirements à pied comme le ferait n'importe quel sportif : les bras, les jambes, le dos... Détendre en douceur la bestiole en quelque sorte !

Puis, lors d'une balade ou d'une randonnée, il est intéressant tant pour le cavalier que pour le cheval de réaliser le premier kilomètre à pied.

Enfin, il existe tout un panel d'assouplissements réalisables à cheval. Ils permettent autant de préparer physiquement le cavalier pour sa séance que d'améliorer sa position et son assiette. On pourra se référer à l'équitation centrée de Sally Swift par exemple (2) qui propose notamment dans son chapitre "anatomie" des exercices pour "monter avec les os", rester souple, équilibré et coordonné. On y (re-)découvre les principales articulations nécessaires à cheval (articulations souvent facilement identifiables un ou deux jours après une bonne séance sous la forme de douleurs/courbatures...).
L'articulation de la hanche donne l'aisance pour enfourcher le cheval et possède une grande liberté de mouvement, c'est elle qui permet à la fois la fixité des jambes et leur indépendance. Pour la mettre en mouvement, on va par exemple pouvoir écarter une jambe puis l'autre ou les deux...
Le bassin, qui est très lié à la hanche, représente la base de l'assiette. C'est lui qui nous permet d'être assis à la fois sur les fesses et sur les ischions. Il permet également d'agir comme un amortisseur entre la colonne et les ischions. Lorsque le bassin est d'aplomb ou "au neutre", les courbures de la colonne vertébrale sont peu marquées, le dos est droit et peut être tenu (à la fois tonique et souple). Pour mieux ressentir la bonne position, on peut s'entrainer à cheval à passer d'un bassin reculé à un bassin basculé vers l'arrière. La position attendue à cheval correspond au juste milieu : un bassin "droit" mais engagé (le cavalier n'est pas assis sur le pubis mais sur ses ischions).
Ce travail va vous faire ressentir le mouvement d'ouverture de l'articulation de la hanche mais il va également vous permettre de ressentir votre colonne vertébrale (notamment vos lombaires ; à cheval, il ne faut pas être cambré ! Qu'il soit cambré ou arrondi, le dos va perdre son "liant" par crispation ou par manque de tonicité, on recherche donc un dos dit "plat").
On va également pouvoir délier les articulations de la jambe : genoux, chevilles et relâcher les orteils (eh oui, orteils crispés = cavalier crispé !) par des mouvements de balancier ou de rotation.
Pour détendre le haut du corps, il va falloir faire intervenir la respiration dite basse, c'est celle qui fait intervenir le diaphragme (Attention, contrairement aux fausses croyances, cette respiration qui provoque indirectement un mouvement du ventre n'est pas due à un gonflement de ce dernier. En effet, ce gonflement est secondaire et passif ! On peut et on doit continuer à utiliser ses abdominaux à cheval, il ne s'agit pas de relacher le ventre pour le gonfler de manière active !). On peut également utiliser la respiration costale (côtes basses) mais en aucun cas la respiration thoracique (ou "haute") qui est non seulement inefficace mais source de crispations !
Il va également être important de délier les épaules pour permettre un relâchement et une meilleure tonicité des vertèbres thoraciques (ou dorsales) et un meilleur maintien de la tête (influence sur le regard) grâce au relâchement et au maintien des vertèbres cervicales. On va pouvoir aussi étirer les vertèbres cervicales en imaginant être supsendu à un fil par la tête, comme une marionnette (2) puis en pratiquant des mouvements doux de la tête (vers l'avant, vers l'arrière...).
Sally Swift résume ce travail en trois expressions : Prendre conscience ; dénouer ; permettre.

 

Didier Lavergne (3) propose lui aussi de nombreux exercices pour le cavalier. Pour lui, le parfait équilibre du cavalier est la clé de sa réussite et il existe des bases pour sa préparation physique : étirements, musculation, recherche de l'équilibre, contrôle de la symétrie, respiration... Je vous invite à découvrir son livre pour plus de précisions.

Emile Brager consacre lui aussi un chapitre à la préparation physique des cavaliers dans sa bible sur le voyage à cheval (4) : Il faut à la fois travailler le souffle, la musculature et la résistance aux intempéries. Le potentiel physique du cavalier pèse lourd du côté réussite de la balance. 

Bref, quoi qu'on en dise, pratiquer l'équitation d'extérieur ne peut s'improviser et il faut être conscient que notre préparation physique est indispensable à la réussite de nos projets équestres, qu'ils soient modestes ou ambitieux.

préparation physique des cavaliers et extérieur

Le cavalier d'extérieur doit être physiquement prêt à passer de longues heures en selle sans douleur et sans risquer de dégrader la locomotion de son cheval mais aussi à marcher pour soulager sa monture  dans des sentiers périlleux ou lors d'une forte pente par exemple...

__________________________________

Bibliographie :

(1) Commandant Licart Comment apprendre à monter à cheval Delmas

(2) Sally Swift L'équitation centrée Belin

(3) Didier Lavergne Être cheval en 150 exercices Belin

(4) Emile Brager Techniques du voyage à cheval Nathan