P1100268

Le week-end dernier, nous nous étions donné rendez-vous à la Ferme du Shagya à Saint Clément Rancoudray pour deux jours de travail au sol animé par Franck Petetin.

L'approche théorique proposé par Franck est dite éthologique (au sens pédagogique du terme et non scientifique) c'est-à-dire qu'elle est basée sur un désir de compréhension mentale et physique du cheval. Dans cette vision de l'équitation, le plus important va être d'apprendre à contrôler les pieds du cheval.

P1100221
Présentation du cadre théorique

Après un accueil (café, thé, crêpes, il ne faut pas se laisser abattre!), nous commençons le stage par une partie théorique fort intéressante. L'occasion pour Franck de nous exposer son cadre de pensée et de nous présenter ses maîtres (Andy Booth, Ronnie Willis, Buck Brannaman, Ray Hunt, Pat Parelli).

Tout d'abord, il nous rappelle que le cheval peut être vu en quatre dimensions qu'il faudrait en principe apprendre à maîtriser dans l'ordre :

  1. la compréhension

  2. l'éducation

  3. l'équitation

  4. la compétition

En France bien souvent, le cavalier va commencer son apprentissage du cheval dès le stade de l'équitation et sans avoir appris à le comprendre ni à l'éduquer !

Pour des raisons pédagogiques, Franck va également séparer artificiellement le cheval en plusieurs parties :

  1. le mental

  2. l'émotionnel

  3. le physique

Notre façon de pratiquer l'équitation est souvent centrée sur le physique au détriment du mental et de l'émotionnel. C'est pourquoi le principal objet du stage sera de travailler le mental du cheval et de gérer ses émotions. Il s'agira de trouver un équilibre entre confiance et respect sur l'axe mental et de trouver un équilibre entre mouvement et émotion sur l'axe émotionnel. Au niveau physique, l'équilibre se trouve lorsque l'on allège l'avant et que l'on trouve ainsi la puissance sans la vitesse.

Ces équilibres représentent les buts mais ce sont sur les moyens que l'on doit avant tout se centrer et non sur les buts !

En tant que cavalier, on peut choisir deux postures : consommateur (on reste alors passif) ou éducateur (on devient acteur). Si on choisit d'être éducateur, nous devons alors nous affranchir de l'anthropomorphisme et chercher à observer le cheval sous l'angle de ses propres priorités, en tirer des hypothèses sans forcément en faire des certitudes.

P1100233Observer le cheval et chercher à le comprendre...

Pour simplifier la compréhension du cheval, on peut utiliser l'image de la dichotomie cerveau droit/cerveau gauche. Le cerveau droit étant globalement une image du cheval dans l'émotion versus le cerveau gauche étant le reflet d'un cheval dans la réflexion, connecté avec le cavalier. Notre travail d'éducateur sera d'amener le cheval à fonctionner en « cerveau gauche » quel que soit le mouvement/l'attitude demandé et quel qu'en soit son côté (attention au déséquilibre de confiance que l'on crée en manipulant à pied les chevaux uniquement à main gauche).

Pour amener ces équilibres, on va devoir tenir compte de deux notions : le timing (ex : si on cède un quart de seconde trop tard, le cheval ne peut pas créer le lien stimulus-réponse que nous cherchons à mettre en place) et le feel (la capacité à ressentir et à émettre). C'est en se mettant en projet*, en ayant le focus (un but, un pouvoir de concentration) que l'on va pouvoir gérer le timing et le feel.

P1100300
Feel, timing, focus... il en faut de la concentration pour essayer de "parler cheval" !

Après avoir posé ce cadre théorique, il est temps de passer à la pratique ! Direction la carrière avec les chevaux afin d'amener chaque cavalier à ressentir les concepts pour ne plus seulement les comprendre intellectuellement. Franck insiste également sur l'importance d'être aussi doux que possible mais aussi ferme que nécessaire. C'est-à-dire que la pression doit être progressive pour que l'on puisse céder juste au bon moment et ne pas proposer une pression trop forte pour le cheval avec lequel on travaille. Il faut s'adapter au cheval et non pas l'inverse pour être soit-même dans l'équilibre. Nous allons donc réaliser les exercices en découpant les actions en quatre phases (on commence par la plus légère et on « monte » aussi haut que nécessaire pour obtenir ce que l'on veut puis on cède).

P1100276
Les tartines de camembert chauffent, la salade s'impatiente...

La pause du midi permet aux cavaliers de se réchauffer et de se sécher un peu. Quel temps !!! Dur dur de se concentrer en fin d'après-midi lorsque l'on est trempé et gelé !

P1100244
Parfois, il pleut en Normandie...

Heureusement pour nous, la météo est plus clémente dimanche : c'est le soleil qui nous accompagne !

P1100307
Le soleil a cogné fort, très fort !

Après un briefing autour d'un café, retour dans la carrière pour poursuivre le travail entamé la veille.

Un repas convivial nous permet d'échanger sur le sujet mais aussi de parler de tout et de n'importe quoi !

P1100309
C'est reparti !

Le ventre plein, il est temps de repartir au boulot ! L'évolution des chevaux et des cavaliers est flagrante !

La journée se termine... après un débriefing et un dernier café, il est temps de se dire au revoir !

P1100291
À bientôt !

_______________

*En gestion mentale, le projet est en quelque sorte l’anticipation de ce que je vais devoir faire dans ma tête pour pouvoir réaliser l’objectif.