étrier K'Vall

 

Bonjour à tous, aujourd'hui, je laisse la parole à Julie qui a testé pour nous les étriers K'Vall !

 

Voici le retour de mon expérience sur l’utilisation des étriers K’Vall, pour ceux que ça pourrait intéresser :

Lorsque j’ai changé de cheval, et donc de selle, je me suis dit que c’était également l’occasion de me pencher sur la question des étriers !

Je cherchais des étriers plus confortables pour une utilisation de randonnée, car je souffre des chevilles lors des sorties de plus d’une heure…

En cherchant sur le net, et en lisant les forums, deux sortes d’étriers semblaient correspondre : les étriers à planchers larges, souvent utilisés en endurance, et les étriers K’Vall.

Comme je suis assez curieuse, j’ai opté pour les plus déroutants : les K’Vall !

Bon, il faut quand même savoir, pour ceux qui sortent en compétition que ces étriers sont controversés par la FFE et que le règlement fédéral a été modifié en 2013 afin de les proscrire en compétition !

Il est vrai que si leur argumentaire relatif à la sécurité du cavalier et du cheval ne me semble pas fondée, je comprends celui sur le respect de l’équité (ils appellent ça « dopage technologique »).

Alors, une fois les étriers reçus, première chose à faire : les présenter au cheval !

Non, je ne rigole pas. Il vaut mieux être prudent. Ces étriers là sont imposants et leur contact avec le cheval est différent des étriers classiques. Certains chevaux bondissent pour moins que ça ! (Je sais de quoi je parle : j’en ai un comme ça à la maison…).

Alors on leur montre, on ne les fixe pas tout de suite, on les fait bouger sur les côtés, on désensibilise, on touche le cheval un peu partout avec, des deux cotés… Je conseille même de les lancer au-dessus de la selle quelques fois car il vaut mieux voir la réaction du cheval dans cette situation dès maintenant que d’attendre la première chute pour s’apercevoir des réactions violentes que la peur peut occasionner chez votre monture (ruades, fuite, etc.), ce qui pourrait vous mettre en grave danger !

Une fois qu’il n’y a plus de réactions, et si votre cheval n’est pas du genre à grimper aux arbres au moindre changement, vous pouvez les fixer et faire un essai en longe.

Pour les chevaux plus délicats, répétez donc l’opération plusieurs jours avant de passer à la suivante…

Voilà, mon cheval est désensibilisé, je peux les balancer dans tous les sens et faire pression partout sans qu’il ne bouge une paupière : Je peux monter.

Je les ai préalablement réglés bien sûr ! Car une fois en selle, c’est mission impossible !

Pour le réglage, je les ai mis à même hauteur que des étriers classiques et j’ai tenté de les mettre le plus horizontalement possible.

Une fois les pieds posés dessus, on s’aperçoit aussitôt de la stabilité et de la facilité pour se mettre « en équilibre » !

Par contre, on est aussi moins au contact du cheval et il faut presque « forcer » pour y parvenir.

Vu le niveau de dressage de Titan, je ne peux pas vous en dire beaucoup plus sur l’effet de la jambe et la précision du contact… Désolée…

Pour ce qui est des sorties en extérieur, par contre, je peux développer :

Les premières sorties ont générées des courbatures au niveau des « abducteurs » (droit fémoral ?). Mais sinon, c’est plutôt positif : meilleure tenue du haut du corps, jambes bien placées en-dessous de ses fesses, fixité. Le cheval doit lui aussi trouver cela différent et doit avoir le dos plus libre. Et la cerise sur le gâteau : plus de douleurs aux chevilles !

Les courbatures aux cuisses (sensations de brulures) passent au bout de quelques utilisations.

Par contre, un autre inconvénient persiste : c’est l’effet « fauteuil » ! On se sent tellement pausé qu’on peut oublier de serrer les jambes !

En tout cas moi, c’est ce qu’il m’est arrivé et ça m’a valu un beau vol plané !

Mais ne vous inquiétez pas, en général, ça n’arrive qu’une fois ! Après, on retrouve son instinct de survie !

Et ça m’a permis de tester pour vous la chute !

Car il y en a qui s’inquiètent et qui ont peur de garder un pied coincé dans l’étrier.

Donc, comme je fais bien les choses, j’ai testé en plusieurs situations. Enfin, je veux dire dans plusieurs façons de tomber (je suis une spécialiste !), avec étrivière qui passe au-dessus de la selle et autre… Et je n’ai jamais eu de problème ! L’étrier s’est toujours déclipsé et mon pied s’est toujours dégagé.

Voilà, j’espère que ma petite expérience pourra être utile à ceux qui hésitent.

Pour ma part, je ne regrette pas.

Et si vous avez d’autres questions, contactez-moi !

À bientôt,

Julie

Merci Julie pour ce témoignage et ce retour d'expérience ! 
À bientôt amis cavaliers pour découvrir le programme de l'année 2014 !